Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 18:28

Auteur iranien exilé en France, Ali ERFAN excelle dans l’écriture de nouvelles. Rapides, parfois cruelles et inquiétantes, toujours emplies de poésie et de raffinement. L’auteur joue avec des destins d’hommes et de femmes, chahutés dans la tragédie de l’histoire tumultueuse de l’Iran des Mollahs. Il s’agit souvent de drames, de meurtres, de guerres, de désespoir, d’exiles mais curieusement, en même temps, toujours un hymne à la vie. On se plonge avec délice dans cette réalité iranienne, mélange d’horreurs et de poésie.

Le dernier poète du monde commence ainsi : « Mon récit sera rapide comme l’ange de la mort lorsqu’il surgit par la fenêtre ou par la fente sous la porte, s’empare de l’âme du pire des tyrans et disparaît aussitôt par le même chemin, en emportant l’âme d’un poète ». Je vous laisse deviner de qui il s’agit.

 « Je déteste ce qui s’écrit mais ne se lit pas » se laisse t-il emporter dans l’inconnu, en parlant du français, clin d’œil à tout étranger se lançant dans l’apprentissage de notre belle mais complexe langue française.

Bio : Ali ERFAN est né à Ispahan en 1946. Il écrit son premier texte à l'âge de quinze ans et goutte aussitôt aux geôles du Shah. Auteurs dramatique mais également cinéaste, il réalise deux films. Contraint à l'exil depuis 1981, il vit en France et se consacre à l'écriture. Il a déjà publié : La Route des infidèles, Le Dernier Poète du monde, Les Damnées du paradis, La 602e nuit, Ma femme est une sainte et Adieu Ménilmontant.

in english please
In english : Iranian writer exiled in France, Ali ERFAN is specialized in short stories. Rapid, sometimes hard and frightening, always full of poesy and sophistication. He’s playing with destiny of men and women, heckled in the tragedy of tumultuous history of Iran. It’s often question of drama, murder, war, despair, exile but, oddly, in the same time, always song of beauty of life. It’s a delight to dive into this Iranian reality, mix of horrors and poesy. The last poet of the world begins like this : “My story will be as quick as death angel when he appears suddenly from the window or from slit under the door, takes hold of the soul of the worst tyrant and disappears at once to the same way, taking away the soul of one poet”. I let you guess who he is!  “I hate all these letters that we have to write and not say!” he writes in an outburst of temper in The unknown. It’s about French, a wink to all the foreigners who try to learn our beautiful but difficult language. Bio: Ali ERFAN was born in Esfahan in 1946. He wrote his first writing at fifteen years old and tested immediately Shah’s jail. Writer but also film maker, he shot two films. Forced to leave Iran from 1981, he decided to come in France. He already published The unfaithful road, The last poet of the world, damned of paradise, The 602d night, My wife is holy woman, Farewell Ménilmontant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires