Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 12:23

Près de la Grande Arche de la Défense, à Paris, se dresse une sculpture particulière : un gigantesque pouce de douze mètres de haut qui pointe vers le ciel (Bronze, César, 1965 pour les curieux). En Iran, un pouce levé a la même signification qu’un majeur magistralement dressé en France. Vous noterez immédiatement qu’il est assez difficile pour un français de faire du stop en Iran sans connaître quelques rudiments des us et coutumes iraniens. Sans cela, on peut être confronté à quelques malentendus désagréables …

 

J’aime néanmoins beaucoup ce symbole : un doigt dressé vers le ciel en ce nouveau temple à l’économie de marché qu’est la défense. On va tous vous … ou se faire …

 

D’ailleurs, en passant, pour les curieux, savez vous que, selon une croyance très répandue au Royaume-Uni (dont la majorité des Français n'ont pas connaissance, et qu'aucune étude historique ne semble confirmer), l’origine du majeur dressé remonterait à la Guerre de cent ans. Les français avaient pour habitude de trancher l’index et le majeur des archers anglais qu’ils capturaient. Ainsi, par pure provocation, les archers anglais aimaient agiter leur index et leur majeur du haut de leur château lorsqu’ils voyaient s’approcher l’ennemi  français. La fourche ainsi formée a disparu en France mais reste un signe insultant en Grande-Bretagne. 

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 11:45

Un décret d’application vient d’être signé par le président iranien interdisant « la consommation de tabac dans les lieux publics et les transports en commun ». Le parlement avait d’ailleurs déjà voté une loi deux ans auparavant pour interdire aux iraniens de fumer dans les mosquées, les restaurants, les stades et autres lieux publics, mais aucun décret d’application n’avait suivi. Et ceci n’est pas exceptionnel. En général, les iraniens ne croient pas les annonces gouvernementales car toutes ne sont pas suivies d’actions concrètes.

 

Les contrevenants encourent une amende variable de 5 à 10 dollars. Il faut préciser qu’il était déjà interdit de fumer dans tous les lieux publics (rue comprise) pendant toute la durée du ramadan et ce depuis 1979. La peine encourue à l’époque pouvait être l’arrestation pure et simple !

 

Cette nouvelle loi concerne, selon des estimations non officielles, un iranien sur six qui pourront néanmoins continuer à acheter leurs cigarettes au prix abordable de 7 000 tomans, soit moins de 70 centimes d’euro.

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 10:27

Après la révolution islamique, des fouilles étaient souvent entreprises dans les salles de classes des Universités pour vérifier la nature des livres lus par les étudiantes. Quinze ans après, les recherches se limitaient aux cosmétiques. Actuellement, les fouilles fréquentes recherchent toutes sortes de stupéfiants. On peut tenir de long discours de part et d’autre sur les succès et les échecs de la révolution islamique. Certains exemples tels que celui-là illustrent un changement majeur dans le comportement de la jeunesse iranienne.

 

 

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 13:58

Goli Taraghi nous plonge dans la révolution des Mollahs au début des années 1980 en Iran par une approche intéressante. De l’intérieur des foyers de riches familles téhéranaises, par l’intermédiaire de trois bonnes : Zeynab l’affabulatrice (et si ce qu’elle raconte est vrai !), Delbar la vengeresse devenue « Gardienne de la révolution » et Amineh, l’émigrée bengalaise, soumise. L’intérieur de la maison reste le seul lieu, fragile, ou l’on peut encore être soit. Fragile car à tout moment, les pasdarans peuvent y faire irruption, lors d’une réception, sur une dénonciation ou lors d’une enquête sur les « bonnes mœurs » (lire ici islamique). Et tout le monde est coupable : une bouteille d’alcool, un livre étranger, une réunion d’hommes et de femmes non voilées peut vous emmener au poste.

 

Certains y voient du Tchékov dans ce livre (Timour Muhidine dans le Monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/2005/02/MUHIDINE/11900)

 

Bio : Goli Taraghi est née à Téhéran en 1939. Après avoir suivi des études de philosophie aux Etats Unis, elle est nommée professeur de symbologie à l’Université de Téhéran. Depuis 1979, elle a choisi de vivre à Paris.

 

 

 

Repost 0
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 11:34

Je viens de mettre en ligne quelques clichés du nord de l’Iran, de Astara, ville frontalière avec l’Azerbaïdjan dans le nord ouest à Gombab-é-Kavus dans l’est. Cette vaste région est comprise entre la longue chaîne de montagnes de l’Alborz et la mer caspienne. Paysages côtiers, vastes forêts, rizières, montagnes, cette région est appréciée des iraniens pour sa fraicheur et son humidité.

 

 

Repost 0
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 15:29

Venez visiter l’Iran en restant à Paris ! Je vous propose une liste d’adresse de restau, de libraires, d’expo que nous avons testé pour vous.

 

Restau :

 

♥♥ Chez Elham  11 rue de la Reynie Paris 4

Décor simple et accueil chaleureux. De vrais iraniens aux fourneaux !

 

♥♥ Mazeh  65, Rue des Entrepreneurs Paris 15

Cantine ou la maitresse de maison vous accueille comme des proches. On se croirait dans un véritable kébabi d’Iran ! Le restau fait aussi traiteur.

 

3 épiceries iraniennes : rue des entrepreneurs 15ième

 

Librairie :

 

Khavaran 14 cours de Vincennes, Paris 12

Libraire et éditeur iranien. Discutez avec le propriétaire du lieu, il vous guidera et vous conseillera.

 

Expo :

 

Musée du Louvre : collection permanente

Collection stupéfiante des civilisations de l’Elam (Suse), des nomades du Louristan, des Mèdes, des perses achéménides (gigantesques frises des palais de Darius, chapiteau de colonnes de Persépolis…), des Parthes puis enfin des Sassanides. Il y a plus à voir au Louvre qu’au musée d’archéologie de Téhéran !

 

Musée Cernuschi : Les perses Sassanides, Fastes d’un empire oublié (15 sept. au 30 déc. 2006)

Plus de 200 œuvres empruntées aux plus prestigieuses collections internationales des Etats Unis, d'Europe et d'Iran témoignent de la diversité de cet art somptuaire et de son iconographie où les influences hellénistiques se mêlent aux traditions plus authentiquement iraniennes.

Repost 0
Published by Fabor - dans IRAN à Paris
commenter cet article
4 octobre 2006 3 04 /10 /octobre /2006 17:34

Ce nouveau concept vient d’être lancé par le président iranien en personne. Il a ordonné « l’ouverture des installations nucléaires iraniennes aux touristes étrangers pour prouver que le programme nucléaire contesté de son pays est mené à des fins pacifiques ». Il n’est pas précisé s’il est prévu, à la fin des visites, de séjourner pendant quelques temps dans la prison d’Evin.

 

Pour ceux que cela intéresse, nous pouvons que vous conseillez de vous adresser directement à l’ambassade iranienne la plus proche de chez vous en demandant un visa touristique « nucléaire ».

 

 

 

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 11:03

Certaines rues de Téhéran à certaines heures de la semaine sont de véritables lieux de rencontres. Cela se passe en voiture. Les mecs, gominés, chemise ouverte, dans le 4x4 du papa, qui s’arrêtent à hauteur de la 206 ou les nanas, rayonnantes de couleurs vives et de maquillage, masquées par de gigantesques paires de lunettes pour engager une petite discussion superficielle et peut être s’enfuir ensemble pour partager un peu plus d’intimité. C’est un peu la boite de nuit iranienne. Et les flics sont là, pour la circulation, et se limitent à empêcher uniquement ces jeunes de faire demi tour au bout de la rue. Mais que peuvent-ils leur reprocher ? Pas grand-chose. Les voitures ne sont pas mixtes. Et il n’est pas interdit de discuter avec la voiture d’à côté dans les bouchons… même si ici, les jeunes créent eux-mêmes les bouchons pour pouvoir discuter. Allez faire un tour dans Jordan street un vendredi après midi ! ou bien venez vivre l’ambiance dans une 206 ou 5 miss viennent chercher un peu de fun sur Vali Asr : « Picking up guys iranian style » :

 

 

 

http://zoornazan.com/frames/iranian_girls_joy_ride.shtml

 

 

 

 

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
29 septembre 2006 5 29 /09 /septembre /2006 10:20

Il n’y a pas de petit boulot dit le dicton. Mais parfois …

 

Le chômage est le problème majeur d’une multitude d’iraniens. Même en ayant fait des études, en parlant plusieurs langues, il est très difficile d’obtenir un emploi. Alors, sans diplôme, sans un oncle riche ou mollah - ou les deux ;) – il reste la démerde. Certains s’exilent. D'autres tentent de créer de nouveaux besoins. Un email ou un coup de téléphone, et ce jeune homme est prêt à se déplacer en vélo pour venir vous cirer les chaussures. C’est le premier cireur de chaussures mobile de Téhéran.

Je ne pense pas qu’il y ait une quelconque revendication politique dans cet acte. Malheureusement, cela doit être vu au premier degré. Ce jeune homme ne recherche que quelques chaussures à cirer, et j’imagine espère obtenir quelques contacts pour d’autres petits boulots.

Le taux de chômage varie selon les sources : 12% selon les officiels iraniens pour l’année 2004, et estimé à environ 30% par le ministère des Affaires étrangères françaises pour la même année. Et cela ne peut qu’aller dans le mauvais sens : un iranien sur deux à moins de 18 ans.

Merci Abbas pour la photo.

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 16:34

Ce petit dessin de Bertrams paru dans Het Parool (Amsterdam) m'a beaucoup plu (car résumant assez bien, et avec bcp d'humour, les propos du pape)

Je voulais juste vous en faire partager.

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article