Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 16:05

 

Depuis la révolution islamique, des sculptures fantaisistes et un brin kitch ont fleuri à l’entrée des villes et villages iraniens. Ces œuvres, parfois naïves et maladroites, sont souvent créées par des artistes locaux modestes. Les thèmes, très variés, ont des symboliques religieuses, historiques, politiques, sportives ou locales.

in english please
From the time of Islamic revolution, it’s possible to find a lot of fanciful sculptures in square of main towns and villages. These works, sometimes naïve and clumsy, are often made by simple local artists. There is a wide diversity of subjects: religion, history, politic, sport or local.
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 15:48

    

La plupart des portes des maisons anciennes possèdent deux marteaux, l’un rond et large, l’autre long et fin. Produisant deux sons différents, ils permettaient de savoir de l’intérieur si le visiteur était un homme ou une femme, et donc de décider qui allait ouvrir la porte. Dans les constructions modernes, il n’y a qu’une sonnette et parfois la maîtresse de maison te reçoit en mini-jupe. On a essayé plusieurs fois les deux marteaux sur une porte à Shiraz et ils produisent vraiment des sons différents….. jusqu’au moment ou la porte s’est ouverte. On s’est retrouvé un petit peu con devant le papi qui nous a ouvert, à notre grande surprise, après une dizaine de gling gling et de glong.

in english please
Most of old houses doors have two knockers, one large and like a ring, the other longer and thin. They make two different sounds. It was possible, inside, to know if the visitor was a man or a woman and so, to decide who have to go to open the door. In modern buildings, there is only one doorbell and sometimes, one woman comes to open the door with a short skirt. We were trying one time the two knockers on one door in Shiraz and they make really some different sounds when suddenly, an old man opened the door. We were quite stupid trying to explain to him, not with the same language, that we didn’t expect that people was living behind this door…
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 20:44

Quelques clichés pris à Kashan et à Abyaneh, à Naien, dans la province de Gilan, à Téhéran, Shiraz, Yazd et Persépolis, et aussi dans l'ouest de l'Iran (Tabriz, le lac d'Orumiyeh, Zanjan...) ont été rajoutés dans les albums.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 17:28

Il faut éviter le camping sauvage dans les forêts de la province du Mãzandarãn. On peut en effet croiser ou se faire courser par des loups, des chacals, des sangliers, des hyènes, des ours bruns, des lynx ou encore, même s’ils ne sont plus très nombreux, par des panthères ou des léopards, suivant la chance du moment. Il paraîtrait même qu’un Lion de Perse aurait été entrevu dans une des forêts de cette région. Ailleurs, il est assez rare de faire de dangereuses rencontres, exceptés quelques reptiles dans le désert et les zones arides, c'est-à-dire quasiment partout en dehors des villes. La plupart d’entre eux ne sont pas venimeux, à ce qu’il paraît.

Dans les petites bestioles rigolotes, il ne faut pas oublier un tout petit insecte (je n’ai pas encore réussi à savoir à quoi il ressemblait) qui provoque d’énormes gonflements (un peu à la « Banzaï » - je suis désolé par le niveau de mes références cinématographiques) lorsqu’il te pique. On le trouve principalement dans le Nord Ouest de l’Iran et les locaux l’appellent « Dracula ». Il ne faut surtout pas toucher la plaie et attendre que cela passe, sinon cela peut empirer et s’infecter. Et prier ? Je n’ai pas plus d’info concernant cette petite bestiole sympathique.

Pour les grosses bestioles rigolotes, l’Iran possède l’un des plus grands rapaces du globe, le vautour barbu (je vous assure que ce n’est pas une blague), malheureusement en voie de disparition. De tout temps, il a subi une campagne d’extinction de la part des fermiers qui l’accusaient à tord de s’attaquer aux moutons. En fait, il se nourrit principalement de ce que les autres rapaces ont laissé derrière eux. Il a également une spécialité amusante : il lui arrive d’attraper puis de laisser tomber sur des pierres les tortues mauresques qu’il trouve dans la région pour broyer leurs carapaces. A ce sujet, on a longtemps cru que le récit de la mort du grand dramaturge grec Eschyle (Qui avait écrit « Quand un mortel s’emploie à sa perte, les Dieux viennent l’y aider », mort en 456 avant JC ), tué par une tortue venant s’écraser sur son crâne, relevait du mythe. On sait maintenant qu’un vautour barbu souffrant de myopie a pris le crâne chauve d’Eschyle pour un rocher !

PS : les dessins ont été réalisés par de petits téhéranais d’une dizaine années.

in english please
It’s better to avoid unauthorized camping in forest of Mãzandarãn. We can meet or be chased after by wolves, jackals, wild boars, hyena, bear, lynx or also, even if there are not many of them, panther, or leopard with a bit of luck. It seems that one Persian lion had been seen in the depths of the forest. Everywhere else, it’s really rare to have unpleasant encounter, except some snakes in the desert and dry place, it means quite everywhere in Iran. Most of them are not dangerous, it seems… In the field of little funny animal, we don’t have to forget a tiny insect (I don’t know how it looks like) who can cause huge swelling when it bites you. It lives mainly in the north of Iran and local people call it “Dracula”! It’s better not to touch the wound. It could be worst and turn septic. I don’t have more information about this delightful animal. For bigger funny animals, Iran has one of the huger bird of prey in the world, called “bearded vulture” (I promise that it’s true and that there isn’t a link with Mullah), unfortunately in process of disappearance. At all times, farmers tried to kill them because they accused them to kill sheep. In fact, it eats mainly what others predatory animals let behind them. It has also a funny activity: it enjoys to catch Moorish turtles and to let them to fall on some rocks to be able to break their carapaces. About this, we believed from a long time that the description of the death of the famous Greek dramatist Eschyle, killed by a turtle which fall from the sky to his head, was a myth. We know now that a bearded vulture s blind as a bat took Eschyle’s bald head for a rock! PS: all the drawings were created by ten years old kids from Tehran.
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 14:59

Souvent qualifié de paradis terrestre, le jardin persan est un îlot de calme et de fraîcheur. Lieu de calme qui s’oppose aux bruits, aux tumultes et aux contraintes sociales extérieures.

A l’opposé du jardin a la française ou l’on trouve une nature ordonnée, le jardin persan prône une certaine forme de bordel, une nature faussement libre et sauvage dans une structure néanmoins rigoureuse : divisé en quatre parties égales, généralement carré ou rectangulaire, délimitées par deux ruisseaux. Ces quatre parties représentant les quatre éléments : l’eau, la terre, l’air et le feu.

Ces deux jardins ont d’ailleurs des morts complètement opposées : laissé à l’abandon, le jardin français se remplira de ronces et de multiples mauvaises herbes pour redevenir « forêt » tandis que le jardin persan, sans soin et donc sans eau, disparaîtra en quelques semaines pour redevenir un terrain sec et aride.

 

... in english Often called earthly paradise, Persian garden is a little island of peace and quiet. Cool place in complete contrast to noise, uproar and social pressure of outside. In the opposite of French garden in which we find an orderly nature, Persian garden urge on some kind of mess, a falsely free and wild nature in rigorous organization: divided in four equal parts, generally square or rectangle, delimited by two small streams. These four parts represent four elements: water, ground, air and fire. These two kinds of gardens have also different death: if we don’t take care of them, French garden will quickly fill with bramble and weeds and will become forest. Persian garden will disappear quickly to become dry ground.
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 11:54

Ce mois ci, le transport de tuyaux ...

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 15:02

Darband ou Darakeh, deux lieux de villégiatures des Téhéranais sur les pentes des montagnes du nord, permettant de trouver fraîcheur et air pur (fuir la pollution du centre). Petits chemins rocailleux surplombant la ravine ou coule la neige fondue des sommets. Au loin, on peut apercevoir les pics blancs des montagnes de l’Alborz. De petites échoppes jalonnent le parcours, proposant selon les saisons noix fraîches, du jus de grenade, du lavoshak – fine pâte de fruits qui se mâchent comme du chewing-gum - . Pauses possibles dans des maisons de thé (tchaï khãné), sans vieilles dames anglaises, ou l’on peut s’allonger sur un large banc en bois recouvert d’un tapis et fumer un qalyan (narguilé). Plus tu montes, plus la probabilité de voir un voile tomber augmente …

in english...
Darband or Darakeh, two nice places for a ride on the beginning of the slope of mountains on the north of Tehran, where it’s possible to find fresh and pure air (far from city pollution). Little stony paths overhanging gully where melted snow flowed from the top. Far away, you can see white peaks of Alborz mountains. The path is lined with many little shops, in which it’s possible to find seasons products: fresh walnuts, pomegranate juice, lavoshak (thin sheet of fruits paste). To have a break in one of many teashop (tchaï khâné), without old English ladies, where you can lay on large bench covered by carpet and smoke narghile. The probability to see a scarf to fall increases when you climb these paths…
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 14:42

Dans le bazar de Shiraz, on peut acheter des canards techno. On a le choix entre couleur naturelle ou jaune, rose orange, vert flashi ! Je ne sais pas s’ils leur donnent aussi des ecstasy.

Je ne suis pas très campagne, mais j’avoue que je serais assez tenté par une ferme ou tous les animaux seraient peints de la sorte …. Nos agriculteurs manquent de fun !

in english...
In the bazaar of Shiraz, it’s possible to buy « techno » ducks! You can choose between natural colors or yellow, pink, orange, light green! I don’t know if they gave them ecstasy too! Anyway, I’m not really a country man, but it must be admitted that I’m really tempted to have a farm with colorful animals. French farmers don’t have enough fun!
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 11:34

Je viens de mettre en ligne quelques clichés du nord de l’Iran, de Astara, ville frontalière avec l’Azerbaïdjan dans le nord ouest à Gombab-é-Kavus dans l’est. Cette vaste région est comprise entre la longue chaîne de montagnes de l’Alborz et la mer caspienne. Paysages côtiers, vastes forêts, rizières, montagnes, cette région est appréciée des iraniens pour sa fraicheur et son humidité.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2006 3 13 /09 /septembre /2006 16:28
Direction le mausolée de l’Iman Reza, huitième Iman des chiites, descendant direct du Prophète, qui aurait été empoisonné sur l’ordre du Calife Mahmoun à Mashad en 817.
Mojdeh s’enroule dans une énorme étoffe de tissu noir, obligatoire pour les femmes dans ce mausolée. Fouille serrée à l’entrée, à la recherche d’appareils photos (je garde le mien dans ma poche de chemise !) et d’explosifs.
Le gigantisme prévaut en ce lieu : de vastes cours, recouvertes de marbre, des voûtes colossales, un entrelacs de couloirs menant à d’autres cours, des multitudes de miroirs font que certaines pièces rayonnent de mille feux, arabesques, entrelacs, moulures sur bois…
Une bibliothèque de 28 000 m2 côtoie le mausolée : plus d’un demi million d’ouvrages de cinquante cinq langues différentes, accès gratuit, une moyenne de 5000 étudiants par jour.
Seul le sanctuaire est interdit aux non-musulmans. Je ne compris qu’à la fin de cette visite qu’il m’avait accueillie dans ce lieu sacré qui aurait dû m’être interdit. Hystérie à l’intérieur. Sentiment trouble : peur de ce fanatisme et respect de cette croyance qui les pousse et les réunis en ce lieu. Des hommes, bénévoles, mettent de l’ordre dans ce chahut à l’aide de plumeaux colorés. Le « responsable du lieu », Iman gérant les donations, entouré de 4 gardes du corps, complets noirs, oreillettes, scrutant les environs. Il paraîtrait que le Vaqf (Fondation pieuse inaliénable constituée autour d’un sanctuaire musulman) de Mashad est plus riche que le Vatican !!!!
Dans les cours extérieures recouvertes de tapis, des hommes, femmes, enfants, mélangés, assis à discuter, prier, manger …..
Visite de Bazard de Mashad à proximité du Mausolée. Deux longues voies couvertes remplies de petites échoppes. Spécialités : turquoise et safran. D’ailleurs, il paraît que lorsque tu manges du safran en trop grande quantité, tu rigoles toute la journée !!!! Je n’ai pas plus d’informations et je n’ai pas encore essayé.
Partager cet article
Repost0