Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 11:33

Comment parler de l’IRAN sans évoquer sa poésie ? Elle n’est pas accaparée par une petite frange de la population mais chantée au quotidien par des millions d’iraniens. Tour à tour épique, historique, philosophique, amoureuse, la poésie persane médiévale reste contemporaine. De l’enfant des rues ou du vieil homme accompagné d’une perruche qui tirera pour vous une petite carte sur laquelle quelques vers vous donneront votre avenir, du chauffeur de taxi au gérant de maison de thé, lors de soirée, chantée ou scandée, on ne peut se balader en Iran sans en être imprégné. Si vous êtes invité à une soirée, on vous demandera très certainement de faire un vœu, avant d’ouvrir au hasard le Divan d’Hafez et de vous lire un de ses poèmes.

in english please
It’s not possible to try to discover Iran without touching on its poetry. It’s not monopolized by educated people but sung by millions of Iranians. Sometimes epic, sometimes historic, philosophic or about love, medieval Persian poetry is still contemporary. From kids on the street or some old men with a budgerigar which will choose a little card for you with a poem (and your future), from taxi drivers, waiters in tea shops, during party, sometimes sang sometimes scanned, you can’t visit Iran without poetry. If you have the chance to be a guest in an Iranian household, perhaps they will ask you to open the Divan of Hafez and choose one page at random, to have a wish and read one poem.
Repost 0
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 17:04

Dans ma nuit, si brève, hélas

Le vent a rendez-vous avec les feuilles.

Ma nuit si brève est remplie de l'angoisse dévastatrice

Ecoute! Entends-tu le souffle des ténèbres?

De ce bonheur, je me sens étranger.

Au désespoir je suis accoutumée.

Ecoute! Entends-tu le souffle des ténèbres?

Là, dans la nuit, quelque chose se passe

La lune est rouge et angoissée.

Et accrochés à ce toit

Qui risque de s'effondrer à tout moment,

Les nuages, comme une foule de pleureuses,

Attendent l'accouchement de la pluie,

Un instant, et puis rien.

Derrière cette fenêtre,

C'est la nuit qui tremble

Derrière cette fenêtre, un inconnu s'inquiète pour moi et toi.

Toi, toute verdoyante,

Pose tes mains - ces souvenirs ardents –

Sur mes mains amoureuses

Et confie tes lèvres, repues de la chaleur de la vie,

Aux caresses de mes lèvres amoureuses

Le vent nous emportera!

Le vent nous emportera!

Vous avez peut être déjà entendu ce poème dans le film de Kiarostami le vent nous emportera. Forough Farrokhzad (1935 – 1967) est la poétesse iranienne la plus connue et réputée, de par sa poésie, mais également de par sa vie et sa fin tragique, son engagement de femme. Mariée à 17 ans, elle divorcera deux ans plus tard pour mener une vie solitaire indépendante entrecoupée d’aventures amoureuses. A 27 ans, elle réalise un film intitulé Khané sigh ast (la maison est noire) dans la léproserie de Baba Baghi près de Tabriz et adopte le fils d’un couple de lépreux. Elle s’adonna également à la peinture. Mais c’est surtout par sa poésie qu’elle doit sa renommée : I respect poetry in the very same way that religious people respect religion. Les thèmes abordés dans ses poèmes n’ont rien de philosophique ou de politique. C’est la première poétesse iranienne à exprimer en tant que femme, avec le courage que cela implique, ses regrets, ses joies et ses douleurs, ses doutes et ses rêveries. Elle aimait la vitesse, dans la vie comme sur la route. Elle meurt brutalement à 32 ans dans un accident de la route.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, Forough Farrokhzad a son propre site internet (www.forughfarrokhzad.org) et un recueil de ses poèmes vient d’être édité en français La conquête du jardin : poèmes 1951 – 1965.

La conquête du jardin de Forough FARROKHZAD – Lettres persanes 2005 : Recueil de poésies couvrant la période 1951 - 1965

in english please
My whole being is a dark chant which will carry you perpetuating you to the dawn of eternal growths and blossoming in this chant I sighed you sighed in this chant I grafted you to the tree to the water to the fire. Life is perhaps a long street through which a woman holding a basket passes every day Life is perhaps a rope with which a man hangs himself from a branch life is perhaps a child returning home from school. Life is perhaps lighting up a cigarette in the narcotic repose between two love-makings or the absent gaze of a passerby who takes off his hat to another passerby with a meaningless smile and a good morning . Life is perhaps that enclosed moment when my gaze destroys itself in the pupil of your eyes and it is in the feeling which I will put into the Moon's impression and the Night's perception. In a room as big as loneliness my heart which is as big as love looks at the simple pretexts of its happiness at the beautiful decay of flowers in the vase at the sapling you planted in our garden and the song of canaries which sing to the size of a window. Ah this is my lot this is my lot my lot is a sky which is taken away at the drop of a curtain my lot is going down a flight of disused stairs a regain something amid putrefaction and nostalgia my lot is a sad promenade in the garden of memories and dying in the grief of a voice which tells me I love your hands. I will plant my hands in the garden I will grow I know I know I know and swallows will lay eggs in the hollow of my ink-stained hands. I shall wear a pair of twin cherries as ear-rings and I shall put dahlia petals on my finger-nails there is an alley where the boys who were in love with me still loiter with the same unkempt hair thin necks and bony legs and think of the innocent smiles of a little girl who was blown away by the wind one night. There is an alley which my heart has stolen from the streets of my childhood. The journey of a form along the line of time inseminating the line of time with the form a form conscious of an image coming back from a feast in a mirror And it is in this way that someone dies and someone lives on. No fisherman shall ever find a pearl in a small brook which empties into a pool. I know a sad little fairy who lives in an ocean and ever so softly plays her heart into a magic flute a sad little fairy who dies with one kiss each night and is reborn with one kiss each dawn. Perhaps you already heard this poem in the famous film of Abbas Kiarostami The wind will carry us. Farough Farrokhzad (1935-1967) is the most famous Iranian poetess. Her celebrity comes from her poetry, but also her life, the tragedy of the end of her life, her engagement as a woman. Married at 17 years old, she divorced two years later to lead a solitary and independent life interrupted by some affairs. At 27 years old, she’s director of the film “Khâné sigh ast (The house is black) in Baba Baghi leper hospital, close to Tabriz and she adopted the son of leper family. She took up with painting too. Anyway, her renown comes mainly from her poetry: I respect poetry I the very same way that religious people respect religion. On her poems, she doesn’t deal with politic or philosophy. She’s the first Iranian poetess who express, as woman, with the courage that it means, her feelings, her regret, her delight and grief, her doubts and her dreams. She liked speed, on her life as on the roads. She died violently on a car crash. She had only 32 years old. It’s possible to find some of her poems on the following site: www.forughfarrokhzad.org
Repost 0
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 18:28

Auteur iranien exilé en France, Ali ERFAN excelle dans l’écriture de nouvelles. Rapides, parfois cruelles et inquiétantes, toujours emplies de poésie et de raffinement. L’auteur joue avec des destins d’hommes et de femmes, chahutés dans la tragédie de l’histoire tumultueuse de l’Iran des Mollahs. Il s’agit souvent de drames, de meurtres, de guerres, de désespoir, d’exiles mais curieusement, en même temps, toujours un hymne à la vie. On se plonge avec délice dans cette réalité iranienne, mélange d’horreurs et de poésie.

Le dernier poète du monde commence ainsi : « Mon récit sera rapide comme l’ange de la mort lorsqu’il surgit par la fenêtre ou par la fente sous la porte, s’empare de l’âme du pire des tyrans et disparaît aussitôt par le même chemin, en emportant l’âme d’un poète ». Je vous laisse deviner de qui il s’agit.

 « Je déteste ce qui s’écrit mais ne se lit pas » se laisse t-il emporter dans l’inconnu, en parlant du français, clin d’œil à tout étranger se lançant dans l’apprentissage de notre belle mais complexe langue française.

Bio : Ali ERFAN est né à Ispahan en 1946. Il écrit son premier texte à l'âge de quinze ans et goutte aussitôt aux geôles du Shah. Auteurs dramatique mais également cinéaste, il réalise deux films. Contraint à l'exil depuis 1981, il vit en France et se consacre à l'écriture. Il a déjà publié : La Route des infidèles, Le Dernier Poète du monde, Les Damnées du paradis, La 602e nuit, Ma femme est une sainte et Adieu Ménilmontant.

in english please
In english : Iranian writer exiled in France, Ali ERFAN is specialized in short stories. Rapid, sometimes hard and frightening, always full of poesy and sophistication. He’s playing with destiny of men and women, heckled in the tragedy of tumultuous history of Iran. It’s often question of drama, murder, war, despair, exile but, oddly, in the same time, always song of beauty of life. It’s a delight to dive into this Iranian reality, mix of horrors and poesy. The last poet of the world begins like this : “My story will be as quick as death angel when he appears suddenly from the window or from slit under the door, takes hold of the soul of the worst tyrant and disappears at once to the same way, taking away the soul of one poet”. I let you guess who he is!  “I hate all these letters that we have to write and not say!” he writes in an outburst of temper in The unknown. It’s about French, a wink to all the foreigners who try to learn our beautiful but difficult language. Bio: Ali ERFAN was born in Esfahan in 1946. He wrote his first writing at fifteen years old and tested immediately Shah’s jail. Writer but also film maker, he shot two films. Forced to leave Iran from 1981, he decided to come in France. He already published The unfaithful road, The last poet of the world, damned of paradise, The 602d night, My wife is holy woman, Farewell Ménilmontant.
Repost 0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 13:58

Goli Taraghi nous plonge dans la révolution des Mollahs au début des années 1980 en Iran par une approche intéressante. De l’intérieur des foyers de riches familles téhéranaises, par l’intermédiaire de trois bonnes : Zeynab l’affabulatrice (et si ce qu’elle raconte est vrai !), Delbar la vengeresse devenue « Gardienne de la révolution » et Amineh, l’émigrée bengalaise, soumise. L’intérieur de la maison reste le seul lieu, fragile, ou l’on peut encore être soit. Fragile car à tout moment, les pasdarans peuvent y faire irruption, lors d’une réception, sur une dénonciation ou lors d’une enquête sur les « bonnes mœurs » (lire ici islamique). Et tout le monde est coupable : une bouteille d’alcool, un livre étranger, une réunion d’hommes et de femmes non voilées peut vous emmener au poste.

 

Certains y voient du Tchékov dans ce livre (Timour Muhidine dans le Monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/2005/02/MUHIDINE/11900)

 

Bio : Goli Taraghi est née à Téhéran en 1939. Après avoir suivi des études de philosophie aux Etats Unis, elle est nommée professeur de symbologie à l’Université de Téhéran. Depuis 1979, elle a choisi de vivre à Paris.

 

 

 

Repost 0
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 09:23

Tu mets dans tous les coins une embûche cruelle,

 Seigneur, et tu nous dis : « Malheur à l’infidèle ! »

 Tu tends le piège et puis quiconque y mets les pieds

 Tu le prends dès qu’il tombe, en le nommant rebelle !

  Omar KHAYYAM

 

 … ouaih, c’est ça, baisse les yeux et cache toi derrière l’arbre au lieu de répondre ….

Repost 0
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 15:00

Journal de prison du célèbre journaliste et écrivain iranien, qui fut condamné en 2000 à huit mois de prison "pour insultes aux autorités, diffamations, publications mensongères et accusations non fondées à l'encontre du régime". Ayant, grâce à sa bonne étoile et à sa notoriété, eu la possibilité de choisir son lieu de détention, il décida de purger sa peine avec les droit commun dans la section des "délinquants économiques", la section "des escrocs", en fait celle des hommes d'affaires de l'ancien régime.
 
Récit parfois léger (avec beaucoup d’humour), parfois pesant (il est difficile de garder une santé mentale dans tout établissement pénitentiaire, à EVIN – prison politique de Téhéran -  peut être plus qu’ailleurs, lorsque l’on attend de nombreux mois avant d’être jugé).
 
Ebrahim NABAVI est maintenant exilé à Bruxelles. Vous pouvez également lire certains de ses articles sur Le journal d’information sur le net :www.roozonline.com. J’y reviendrais.
Repost 0