Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 16:29

Le magazine américain Parade diffuse annuellement un classement des pires dictateurs du monde. Cette année, le guide suprême de la République Islamique d’Iran, Ali Khamenei, est classé troisième. Il arrive juste derrière les renommés et intouchables Omar Al-Bashir du Soudan et le coréen Kim Jong-il. Rien que du beau linge. Bon, il faut préciser que Parade est un magazine américain (distribué tous les dimanches en supplément de nombreux journaux) qui aime le sensationnel. On peut donc émettre l’hypothèse qu’l y ait un petit parti pris.

Mais ce qui est intéressant, c’est qu'un site internet officiel de la République Iranienne ilna.ir diffuse également l’article … en omettant juste de préciser la nomination de Khamenei ! Un petit oubli …

http://www.ilna.ir/shownews.asp?code=396130&code1=6

in english please
The American magazine Parade diffuses every year the ranking of worst world’s dictators. This year, the Supreme leader of Iran, Ali Khamenei, arrives in third position. He‘s just behind well-known and inaccessible Omar Al-Bashir from Sudan and the Korean Kim Jong-il. So, to make it clear, Parade is an American rag added to Sundays’ newspaper; It’s possible to think that there is preconception. Anyway, the interesting point of this story is that the internet site of Iranian republic, ilna.ir spreads this article … but they forgot the name of Khamenei !
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 12:33

Il est possible de voir des films américains sur les chaines d’état iraniennes. Les films sont évidemment choisis (de préférence montrant les USA sous un jour négatif) et préalablement censurés (toutes les scènes jugées islamiquement non correctes sont supprimées ou bien la traduction est modifiée). Par exemple, en janvier, sur la chaine IRIB 4, vous pouviez apprécier la petite perle suivante : un trappeur racontant à un autre trappeur une histoire de sexe avec une prostituée (ce que l’on comprend en lisant les sous-titres en anglais) mais qui devient en farsi une histoire de chasse à l’ours au petit matin. Merci Abbas pour cette perle.

http://video.google.com/videoplay?docid=-4985290360044388453

 

 

in english please
It’s possible to watch American movies on Iranian TV. Of course, they choose them and anyway, they cut scenes or sometimes change the translation. For example, in January on IRIB 4, it was possible to catch this wonderful gem: when a man talking about his sex with a whore (according to subtitles in English) in Persian translation that you here we here that he talks about hunting a bear in the morning!! Thanks Abbas for this gem!
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 17:19

Même s’il existe de nombreux mots en commun dans les langues française et iranienne (otobus, chocolat, choqué, surprise, chance, caravansérail, pyjama …), il n’est malheureusement pas possible de se comprendre en utilisant nos langues respectives. Mais qu’en est-il de nos amis les bêtes ? Alors, le canard iranien fait coin-coin comme en France, le Coq fait rouroulirourou – ce qui lui fait perdre un peu de sa virilité -, le chat miou (qui n’est pas si éloigné de ça que notre miaou national), les oiseaux dgik dgik, le mouton bââââ, la poule rodrod ( ?), l’âne ar ar (avec le son de arab en anglais) – ce qui peut se comprendre s’il est bien chargé, après 20 km, sous 40°C – le chien âp âp et la grenouille rour rour. Nous, Français, la grenouille on la mange, on ne l’écoute pas !

in english please
Even if we share a lot of common words between French and Farsi (otobus, chocolat, choqué, surprise, chance, caravansérail, pyjama …), it’s unfortunately impossible to understand each other with our languages. But, for animals, how about that ? Good question. So, Iranian ducks say coin-coin, as French ones, Cock say rouroulirourou – which make it less potent -, cat say miou (not so far to our miaou), birds say dgik dgik, sheep bââââ, hen rodrod (?), donkey ar ar (with the sound of arab in English) – what it’s understandable if it’s loaded, after 20 miles under the sun- dog say âp âp, frog rour rour. French, we prefer to eat frog, we don’t listen to them.
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 21:07

Un jour, en milieu de journée, j’avais décidé d’aller voir si le restaurant que j’avais découvert quelques jours auparavant était ouvert et acceptait de servir à cette heure. J’avais apprécié l’accueil, le buffet et particulièrement les tables disposées autour de la piscine extérieure. Je m’apprêtais à franchir la porte extérieure qui menait à la piscine lorsque je fus surpris par un homme qui arrivait en courant dans ma direction en braillant, qui semblait totalement paniqué. Ne voyant personne d’autre que moi dans sa direction, je l’attendis. Arrivée à ma hauteur, il m’expliqua dans un flot de farsi ininterrompu avec de grands mouvements des bras que je ne pouvais pas rentrer. Je fus impressionné par l’énergie qu’il dépensa pour m’expliquer que le restaurant était fermé. Je ne compris que quelques jours plus tard que j’avais failli pénétrer dans la piscine, à l’heure réservée pour les femmes.

in english please
One time, in the middle of the day, I decided to go and see if the restaurant that I had discovered few days before was opened at this time. I appreciated their welcome, their buffet and also their tables around the swimming pool. I was close to go inside the restaurant when I saw one guy who was running on my direction, shouting and shaking his arms. As I saw nobody else around, except me, I decided to wait for him. When he arrived to me, out of breath, he tried to explain with a flood of Iranian words and many movements of arms that I couldn’t come inside. I was very impressed by this energy that he spent to explain to me that the restaurant was closed. I understood only a couple of weeks later that I nearly went inside the swimming pool at the time reserved for women!
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 16:53

En regardant une carte de notre pays, nous y voyons un hexagone. Les chinois voient dans le leur un coq dont la tête se dresse fièrement. Les iraniens voient en leur pays un chat… la tête se trouve au nord ouest, pour les moins imaginatifs d’entre vous.

in english please
When we‘re looking at a map of our country (France), we see a hexagon. When Chinese look at their country, they see a proud cock. When Iranians are looking at their country, they see a cat … with its head in north-west, for people without enough imagination.
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 10:56

Un squelette recouvert d’une grande tunique noire tenant en ses mains un sablier et une faux est notre représentation de la mort. Pour les iraniens, le messager est le plus beau des anges, Azraël, tantôt représenté en jeune homme, tantôt en jeune femme, rayonnant de beauté et de bonté, accompagnant le mort vers sa nouvelle demeure, le paradis.

in english please
A skeleton with a long black dress, an hourglass and a scythe is our representation of death. For Iranian, the messenger is the most beautiful angels, Azraël, sometimes a young man, sometimes a young woman, glowing with beauty and kindness, who come to pick you up from earth to the paradise.
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 11:53

Ce cliché pris dans un supermarché parisien est très clair pour toute personne n’ayant jamais vécu en Iran. Il s’agit d’un simple petit dessin de sac plastique. Par contre, il surprend toute personne étant restée quelques temps en Iran. Cela ressemble étrangement à certains panneaux que l’on peut trouver à l’entrée des centres commerciaux rappelant aux femmes qu’elles doivent impérativement portées un voile à l’intérieur !

 

in english please
This picture took in a Parisian supermarket is completely obvious for people who never lived in Iran. It’s only a simple picture of a little plastic bag. On the other hand, it’s amazing to find this kind of picture if you already lived in Iran. It looks like some pictures that you can see in the entrance of commercial centers to remind women of their duty to wear scarf!
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 18:10

Préciser la nationalité peut sembler être du domaine du détail dans une belle histoire d’amour mais a une importance cruciale dans toutes les démarches imposées par nos deux belles administrations pour nous permettre uniquement de vivre ensemble.

Il faut tout d’abord préciser qu’il est très difficile de départager les administrations françaises et iraniennes entre elles. Ce que l’on peut dire est qu’elles se trouvent toutes deux en haut du classement des administrations pouvant faire passer du "Oui Oui à la plage pour un roman de Kafka.

Commençons par le début. Nous nous sommes rencontrés à Téhéran, lors du mariage d’une de ses cousines. Je suis immédiatement tombé sous le charme de son sourire, de son regard … persan. Elle a été charmée par ma façon très française de danser, très concentré sur mes pas et les mouvements de mes bras. Cette situation est simple, déjà des millions de fois répétée et nos désirs étaient d’une simplicité enfantine : pouvoir vivre ensemble.

Il faut préciser qu’avoir une relation en Iran sans être marié peut être dangereux. Il suffit de faire attention. Par contre si l’un des deux n’est pas musulman, cela peut devenir plus problématique et réellement très risqué. Je devais, pour notre sécurité à tous les deux, devenir musulman.

J’étais chrétien. Du moins, j’ai été baptisé et j’ai communié face à des prêtres catholiques. Ce qui est important est que pour la police iranienne, j’étais chrétien. Pour moi, ma relation à Dieu est plus complexe.

Malgré cela, même si pour moi la forme des rites à respecter, le nom que l’on peut donner à ses prophètes, à son Dieu reste du domaine du secondaire, je respecte ses rites et les personnes qui les pratiquent. Je n’ai jamais voulu jouer avec ça. Les mollahs m’ont obligé de faire semblant.

La procédure est assez simple. Il suffit de passer dans un bureau d’un Mollah, sans rendez-vous, accompagné de sa douce et de répondre à quelques questions. L’entretien fut assez surréaliste. Ma douce me traduisait les questions en terminant par la réponse qu’il fallait mieux apporter.

 

Extrait :

Mollah : « Pourquoi voulez vous devenir musulman »

Ma douce : « Dis lui que tu veux devenir musulman parce que tu veux m’épouser »

Moi : « Je veux devenir musulman parce que je veux l’épouser »

Mollah : « est-ce une raison suffisante ?… »

… silence …

Mollah : « Quelle partie du Coran connaissez-vous ? »

Ma douce : « Il veut savoir quelle partie du Coran tu connais il faut mieux ne pas mentir »

Moi : « Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire le Coran car je préfère apprendre le farsi d’abord »

Mollah : « Je pense qu’il existe des versions françaises…. »

… silence …

Mollah : « Etes vous circoncis ? »

Ma douce : « …. Tu sais dans notre religion … les hommes doivent … quand ils sont petits…. on leur coupe »… et des que le Mollah eut le dos tourné « say Yes ! »

Moi : « Yes ! »

…. Silence …très long silence… en redoutant qu’il me demande de le suivre dans une pièce voisine pour vérifier…

Mollah : « Avez-vous une photo d’identité ? »

Ma douce : « merde, il nous demande une photo d’identité »

Moi : « j’ai que mon passeport sur moi…. »

Mollah : « si vous m’apportez une photo je vous signe le papier dans la journée. »

Moins d’une heure après, on était de retour avec la photo et nous sommes repartis avec le certificat !

 

in english please
To specify the nationality could seem not really important in a love story. But it’s really important for whole administrative process to be able to live together. First, I have to tell you that it’s really difficult to decide which administration (between French and Iranian ones) is the best. I know only that both are in the top of the list and they can both pass kids' books off as Kafka novels! At the beginning, it’s a simple story. We met each other in Tehran during her cousin’s weeding party. I fell in love immediately when I saw her smile and Persian eyes. She was charmed by my French way to dance, really concentrating on my feet and the movement of my arms. So a simple story, already ten thousands times repeated, and our wish was so simple: to live together. I have to say that to have a relationship between man and woman in Iran can be dangerous. You have to take care. Moreover, if one of them is not Muslim, you can be in a big trouble with the Iranian law. I had to become Muslim. I was Christian. At least, I was baptized by Christian priest. But the important point is that I was Christian for Iranian cops. My relationship with God is more complex. In spite of this, even if the shapes of rites and the name that you can give to god and prophets are of secondary importance, I respect all these rites and people who practiced them. I have never liked to play with that. Mullahs pushed me to do it. In fact, the procedure is so simple. You have to go to one Mullahs office, with your love and answer to simple questions. The conversation was surrealist. She translated questions for me and had told me what I had to answer. Some short cuttings: The Mullah: “why do you want to become Muslim?” My love: “tell him the true, that you want to become Muslim to marry me”. Me: “I want to become Muslim to be able to marry her”. The Mullah: “only for this?” Silence… The Mullah: “Which part of Koran do you know?” Me: “I wait to learn Farsi first” The Mullah: “And you didn’t find French translation?” Silence … The Mullah: “are you circumcised?” My love: ”You know, in my country … boys have to…when they are little …” and when the Mullah turn round …”say yes”. Me:” Yes, I did it when I was child”. Long silence… terrified that he asked me to check it. The Mullah: “Do you have a picture?” My love: ”Oh, shit he asks for a picture!”. We came back quickly with a picture and left with the certificate!
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 17:06

Les sujets pouvant être qualifiés de blasphème dépendent certes des religions mais surtout du lieu et de l’époque. Vu récemment sur un marché auvergnat ce magnifique « Jésus d’auvergne » ou encore de petits fromages italiens jaunes et difformes appelés « couille du pape ». En Iran, à l’heure actuelle, mieux vaut éviter de jouer avec de quelconques références religio-gastronomiques.

 

 

in english please
Subjects which could be called blasphemy depend on religion but mainly time and place. I saw recently on a French market these wonderful “Jesus from Auvergne” and also some little yellow Italian cheese called “pope’s bollocks”. In Iran, these days, it’s better not to play with this kind of names.
Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 12:26

Après le site de partage de photo Ringo, c'est au tour du site de partage de vidéo youtube d'être censuré en Iran ! Tché bad !

Repost 0
Published by Fabor - dans Société
commenter cet article